Chapitre 1

Le roi Fred Sans Effroi

Il était une fois un tout petit pays, qui avait pour nom la Cornucopia, sur lequel régnait depuis des siècles une longue lignée de rois aux cheveux blonds. Le roi de l’époque dont je parle ici s’appelait Fred Sans Effroi. Il s’était lui-même proclamé Sans Effroi, au matin de son couronnement, en partie parce que ça sonnait bien avec Fred, mais également parce qu’il avait un jour réussi à attraper et à tuer une guêpe tout seul, si l’on exceptait cinq laquais et le cireur de chaussures.

Le roi Fred Sans Effroi monta sur le trône porté par une immense vague de popularité. Il avait de charmantes boucles jaunes, une fort belle moustache aux pointes recourbées, et une allure superbe dans les étroits hauts-de-chausses, les pourpoints de velours et les chemises à jabot que les hommes riches portaient en ces temps-là. On disait de Fred qu’il était généreux ; il offrait sourires et saluts à quiconque l’apercevait, et il était terriblement beau sur les portraits que l’on distribuait d’un bout à l’autre du royaume afin qu’ils fussent accrochés dans les hôtels de ville. Le peuple de Cornucopia était tout à fait heureux de son nouveau roi, et beaucoup estimaient qu’il finirait par remplir encore mieux cette fonction que son père, Richard le Droit, dont les dents (bien que personne ne se risquât alors à le faire remarquer) étaient plutôt de travers.

Le roi Fred fut secrètement soulagé de s’apercevoir combien il était facile de diriger la Cornucopia. De fait, le pays semblait marcher tout seul. Presque tous les habitants avaient de la nourriture en abondance, les commerçants gagnaient des mille et des cents, et les conseillers de Fred s’occupaient du moindre problème qui pouvait surgir. Il ne restait au roi qu’à envoyer à ses sujets des sourires rayonnants lorsqu’il se promenait en calèche, et à s’en aller chasser cinq fois par semaine avec ses deux meilleurs amis, Lord Crachinay et Lord Flapoon.

Crachinay et Flapoon possédaient eux-mêmes de vastes domaines dans le pays, mais ils trouvaient bien moins cher et plus amusant de vivre au palais avec le roi, de manger ses plats, de chasser ses cerfs, et de s’assurer que le roi ne se prenait pas trop d’affection pour l’une des belles dames de la cour. Ils n’avaient aucune envie que Fred se marie, parce qu’une reine risquerait bien de jouer les trouble-fête. Pendant quelque temps, Fred avait eu, semble-t-il, un penchant pour Lady Eslanda, qui était aussi brune et belle que Fred était blond et beau, mais Crachinay avait convaincu le roi qu’elle était beaucoup trop sérieuse, beaucoup trop absorbée par ses lectures, pour devenir une reine aimée de son pays. Fred ne savait pas que Lord Crachinay avait une dent contre Lady Eslanda. Le lord l’avait autrefois lui-même demandée en mariage, mais elle avait refusé.

Lord Crachinay était très maigre, rusé, et futé. Son ami Flapoon avait le visage rougeaud, et il était si énorme qu’il fallait six hommes pour le hisser sur son monumental cheval alezan. Sans être aussi futé que Crachinay, Flapoon était tout de même beaucoup plus malin que le roi.

Les deux lords étaient des flatteurs chevronnés, qui faisaient expertement semblant d’être époustouflés par le talent de Fred dans tous les domaines, de l’équitation au jeu de puces. Si Crachinay avait un don particulier, c’était bien dans l’art de persuader le roi de faire ce que Crachinay avait en tête ; et là où Flapoon était doué, c’était pour convaincre Fred que personne au monde n’était aussi loyal envers lui que ses deux meilleurs amis.

Fred trouvait que Crachinay et Flapoon étaient de chics types. Ils le poussaient à donner des fêtes fastueuses, des pique-niques sophistiqués et de somptueux banquets, car la Cornucopia était célèbre, bien au-delà de ses frontières, pour sa nourriture. Chacune de ses villes s’illustrait dans une spécialité distincte, pour laquelle elle était sans rivale dans le monde entier.

La capitale de la Cornucopia, Chouxville, était située au sud du pays, et entourée d’hectares de vergers, de champs de blé doré et chatoyant, et d’herbe vert émeraude que broutaient des vaches laitières d’un blanc pur. La crème, la farine et les fruits que produisaient les fermiers étaient ensuite apportés aux pâtissiers exceptionnels de Chouxville, qui en faisaient des gâteaux.

Pensez, s’il vous plaît, au gâteau ou au biscuit le plus délicieux que vous ayez jamais goûté. Eh bien, laissez-moi vous dire qu’il aurait été une honte suprême de servir à Chouxville cette chose-là. Si les yeux d’un solide gaillard ne s’emplissaient pas de larmes de plaisir lorsqu’il mordait dans un gâteau de Chouxville, on jugeait que c’était un échec et on ne le refaisait plus jamais. Dans les vitrines des pâtisseries de Chouxville s’empilaient haut des douceurs : Songes-de-Donzelles, Nacelles-de-Fées et, plus renommées encore, des Espoirs-du-Paradis, qui étaient si délicieusement, si douloureusement exquises, qu’on les gardait pour les grandes occasions et que tout le monde pleurait de joie en les mangeant. Le roi Porfirio, du royaume voisin de Pluritania, avait déjà envoyé au roi Fred une lettre pour lui proposer la main de n’importe laquelle de ses filles en échange d’un approvisionnement à vie en Espoirs-du-Paradis, mais Crachinay avait conseillé à Fred de rire au nez de l’ambassadeur pluritanien.

— Ses filles sont très loin d’être assez jolies pour qu’on les échange contre des Espoirs-du-Paradis, Sire ! avait-il dit.

Au nord de Chouxville s’étalaient encore d’autres champs verts et des rivières transparentes et scintillantes ; on y élevait des vaches d’un noir de jais et de joyeux cochons roses. On destinait ceux-ci aux villes jumelles de Kurdsburg et de Baronstown, qui étaient séparées par un pont de pierre s’arquant sur la Fluma, le fleuve principal de la Cornucopia. Des péniches aux couleurs vives y transportaient des marchandises d’un bout à l’autre du royaume.

Kurdsburg était célèbre pour ses fromages : d’énormes meules blanches, de denses boulets orange, de grosses bûches friables aux veines bleues, et de mignons petits fromages frais plus doux que du velours.

Baronstown était réputée pour ses jambons fumés et rôtis au miel, ses rubans de lard, ses saucisses épicées, ses biftecks fondants et ses tourtes au chevreuil.

Les fumées aux parfums salins qui s’élevaient des cheminées des fours en brique rouge de Baronstown se mêlaient à l’aigreur odorante émanant des fromageries de Kurdsburg, et sur des dizaines de lieues à la ronde, il était impossible de ne pas saliver en respirant l’air délicieux.

À quelques heures au nord de Kurdsburg et de Baronstown, on tombait sur des hectares de vignobles chargés de raisins aussi gros que des œufs, tous mûrs et sucrés et juteux. Cheminant encore plus loin pour le reste de la journée, on atteignait la cité de granit de Jéroboam, connue pour ses vins. L’on disait de l’air de Jéroboam qu’il pouvait rendre un peu pompette quand on se promenait simplement dans les rues. Les meilleurs crus s’échangeaient pour des milliers et des milliers de pièces d’or, et les marchands de vin de la ville comptaient parmi les hommes les plus riches du royaume.

Mais un peu au nord de Jéroboam, il se passait quelque chose de curieux. On aurait dit que la terre de la Cornucopia, riche comme par magie, s’était exténuée à produire la meilleure herbe, les meilleurs fruits et le meilleur blé au monde. À l’extrémité nord se trouvait l’endroit qu’on appelait les Marécages, et il n’y poussait rien d’autre que des champignons fadasses et caoutchouteux, et une herbe sèche et grêle, tout juste bonne à alimenter quelques moutons galeux.

Les Marécageux qui s’occupaient des moutons n’avaient pas l’allure élancée, épanouie, élégante, des citoyens de Jéroboam, de Baronstown, de Kurdsburg, ou de Chouxville. Ils étaient décharnés et loqueteux. Leurs moutons mal nourris ne se vendaient jamais à très bon prix, ni en Cornucopia ni à l’étranger ; ainsi, rares étaient les Marécageux qui pouvaient goûter aux délices du vin, du fromage, du bœuf ou des pâtisseries de Cornucopia. Le plat le plus courant dans les Marécages était un bouillon de viande graisseux, à base de moutons trop vieux pour être vendus.

L’ensemble du pays considérait les Marécageux comme un drôle de clan, maussade, malpropre et de mauvais poil. Ils avaient des voix rocailleuses, que les autres Cornucopiens imitaient en les faisant ressembler à des bêlements rauques de vieux moutons. On blaguait sur leurs manières et leur humilité. Pour le reste de la Cornucopia, les Marécages n’étaient à l’origine que d’une seule chose qui méritât une place dans les mémoires : la légende de l’Ickabog.

Chapitres

Lire tous les chapitres publiés à ce jour

Voir plus